Dernièrement, je me suis adressé aux déléguées syndicales et délégués syndicaux à l’une des formations qui ont eu lieu en octobre et novembre. Pour moi, c’est toujours un plaisir de pouvoir échanger avec celles et ceux qui sont si importants pour la vitalité et la force de notre syndicat. En effet, votre déléguée syndicale ou délégué syndical prête ses yeux et ses oreilles à l’AEFO, entre autres pour s’assurer que chaque membre reçoive l’aide ou les conseils dont il a besoin. Je vous invite à prendre le temps de la ou de le remercier pour son engagement, sa solidarité. Le syndicalisme est bien vivant dans nos lieux de travail, en grande partie grâce à des gens comme eux. 

À une époque où les emplois permanents sont de plus en plus rares, le syndicalisme devient, selon moi, une obligation. Cet automne, je me suis rendu sur les lignes de piquetage du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) pour donner mon appui à ses membres. Je peux vous dire que la chaleur humaine et la recherche de solutions étaient au rendez-vous. Les membres du SEFPO ne demandaient pas la lune, mais des conditions justes et équitables. Il n’est pas normal que tant de travailleuses et travailleurs se sentent si vulnérables face aux employeurs. Plus que jamais, il faut continuer à se battre contre la précarité d’emploi et l’insécurité.

Dans le fond, l’AEFO, c’est chacun de nous. C’est en s’organisant et en se rassemblant qu’on voit le vrai pouvoir de notre collectivité. Et merci encore aux déléguées syndicales et délégués syndicaux de l’AEFO pour le travail que vous accomplissez pour les membres!