En tant que syndicaliste, toute ma carrière en enseignement a été axée sur l’avancement de la collectivité. Et pour faire bouger les choses, j’ai senti très tôt que si je voulais faire avancer les causes qui me tenaient à cœur, je devais m’impliquer. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai choisi de m’engager très tôt au sein de mon unité locale, à plusieurs niveaux et pour plusieurs causes. Je me suis rapidement rendu compte que je n’étais pas le seul à croire en quelque chose et à vouloir apporter des changements pour le bien commun. Comme le dit le proverbe : l’union fait la force.

Comme citoyen, je crois avec conviction à l’importance de s’impliquer dans la société, dans sa communauté, dans son lieu de travail. Voilà pourquoi vous allez voir de plus en plus le mot-clic #AEFOJEMIMPLIQUE. C’est un petit jeu de mots sur le « Il faut que je m’implique ». C’est un appel à toutes et à tous : impliquez-vous! Que ce soit comme employée ou employé, en discutant avec vos collègues de l’impact d’une nouvelle initiative gouvernementale ou de l’employeur, comme citoyenne ou citoyen pour un projet communautaire, ou bien en répondant à un sondage de l’AEFO ou une consultation du gouvernement… On ne peut rien changer si on se limite à observer, sans s’impliquer.

La consultation lancée par le gouvernement provincial cet automne est un exemple concret de la façon dont on peut s’impliquer, au www.ontario.ca/fr/page/au-servicedes-parents. Oui, certaines des questions me laissent songeur. Oui, on ne sait pas encore comment les résultats seront compilés ni à quelles fins. Mais plutôt que d’ignorer la consultation, pourquoi ne pas s’engager dans la discussion? Le gouvernement actuel doit entendre la voix des francophones, la voix des syndicalistes, la voix des personnes qui œuvrent au quotidien avec les jeunes qui nous sont confiés. Ce sont elles et eux qui, à mon avis, sont les mieux placés pour informer le gouvernement des réalités et des solutions. Allons-y… #AEFOJEMIMPLIQUE.