L’AEFO a vu le jour le 12 mai 1939, il y a 80 ans. Depuis, notre syndicat a fait de grands pas pour défendre les membres et protéger leurs acquis.

Maintenant que le Parti progressiste-conservateur de l’Ontario est au pouvoir, on risque de perdre ce qu’on avait acquis en travaillant d’arrache-pied : de bonnes conditions de travail, qui favorisent l’apprentissage des élèves. Dans les derniers mois, le gouvernement a fait plusieurs coupes en éducation : 50 postes de moins de la 4e à la 8e année d’ici 4 ans; 300 enseignantes et enseignants de moins d’ici 4 ans au secondaire; des changements importants dans les pratiques d’embauche; des coupes considérables dans la santé et les services sociaux. C’est pratiquement du déjà vu si on compare ces coupes avec celles du gouvernement Harris dans les années 90.

C’est un gouvernement qui divise au lieu de rassembler, en essayant de créer une séparation entre les membres et leur syndicat, en attaquant le professionnalisme des travailleuses et des travailleurs en éducation, et en dressant un portrait sombre et faux de la situation économique de l’Ontario. Ces messages politiques ont, semble-t-il, le même but : couper, couper et encore couper.

Nous n’avons pas le choix. Nous devons donner au gouvernement le message haut et fort de NE PAS COUPER EN ÉDUCATION. Chaque geste peut faire une différence. Comme signer la carte postale que vous avez reçue et qui a été envoyée à la députée conservatrice ou au député conservateur de votre région. Ou porter le macaron de l’AEFO que vous avez reçu de votre déléguée syndicale ou délégué syndical.

Au nom des jeunes que vous appuyez tous les jours, je vous invite à vous impliquer pour protéger nos acquis et pour l’avenir de l’éducation en Ontario! Nous sommes ENSEMBLE POUR AGIR depuis 80 ans. Et nous le resterons, quelle que soit la lutte.