Il est presque impossible de prédire ce qui nous attend en septembre 2019. Au moment de mettre l’En Bref sous presse, l’AEFO n’a pas encore reçu toutes les données pour évaluer l’impact du budget. Le gouvernement de l’Ontario continue à s’entourer de mystère. Les conseils scolaires n’ont pas encore fini de jongler avec les coupes dans le financement de l’éducation. Mais si on s’en tient à ce que dit le Premier ministre, il est inutile de s’inquiéter, parce que l’avenir sera plus rose qu’aujourd’hui. Il croit à cet avenir, et affirme que les enseignantes et les enseignants le remercieront à la rentrée. D’après moi, il est peu probable que le personnel enseignant de l’Ontario lui envoie des cartes de remerciement en septembre. Mais, dans le but de l’aider à tenir sa promesse, l’AEFO a voulu offrir un outil au gouvernement actuel : son bulletin, que vous trouverez à la page 3.

En examinant ce bulletin, vous pourrez constater que les habiletés d’apprentissage et les habitudes de travail du gouvernement doivent être améliorées, surtout en ce qui concerne le fait français, la fiabilité, le sens de l’organisation, l’autonomie, l’esprit de collaboration, le sens de l’initiative et l’autorégulation. Sans aucun doute, les résultats sont insatisfaisants. Mais, par expérience, nous savons qu’un élève dont le niveau de rendement est assez bas peut nous étonner lorsqu’il accepte de travailler avec du personnel en éducation qui est là pour l’appuyer. Après tout, le gouvernement de Doug Ford n’en est qu’à sa première année. Pour l’aider à développer ses compétences, il pourra continuer à compter sur la mobilisation des travailleuses et travailleurs en éducation, les syndicats, les parents, les communautés, etc. Et, qui sait, ce sera peut-être ce gouvernement qui, en septembre 2019, remerciera les travailleuses et travailleurs en éducation de l’avoir remis sur le bon chemin.

D’ici là, j’ai un mot à dire aux membres de l’AEFO : MERCI. Chaque fois que l’AEFO a demandé aux membres de se joindre à la lutte pour l’apprentissage des élèves, pour la francophonie ou pour vos droits, vous avez répondu. La campagne NON Ø COUPES en éducation en est un exemple. Selon les données recueillies, 85 % des membres ont signé leur carte postale pour envoyer aux députées et députés conservateurs. Oui, l’éducation financée par les fonds publics est présentement en danger. Mais je sais qu’on peut compter sur vous pour renverser la vapeur. À toutes et à tous, passez un excellent été!