Contenu principal

Rémi Sabourin travaille en enseignement depuis 1992. Il a enseigné aux cycles moyen et intermédiaire dans la région du Centre-Sud de l’Ontario.  

Blog1 Remi

Son implication syndicale remonte à 1997, lorsqu’il est observateur à l’assemblée générale de l’AEFO provinciale. Par la suite, il est notamment devenu membre du comité de consultation en négociation lors de la première négociation après l’amalgamation des conseils scolaires en Ontario. De 2006 à 2016, il a été président de l’Unité 64 – Centre-Sud catholique. Il est membre du conseil d’administration de l’AEFO depuis 2005.

Les échanges, les questions et les commentaires anonymes seront automatiquement retirés de ce blogue.

Il existe des principes directeurs pour la rédaction des commentaires dans les bulletins. Les enseignantes et les enseignants les connaissent sous le nom de Faire croître le succès. Malgré cela, les directives pour les commentaires dans les bulletins peuvent changer selon la direction, le conseil scolaire, ou les années. Il est grand temps de faire respecter le jugement professionnel des enseignantes et des enseignants. 

À la demande de l’AEFO, lors de la dernière ronde de négociation, le gouvernement a accepté de subventionner un projet  afin que l’AEFO, le gouvernement et les conseils scolaires élaborent un guide d’appui à Faire croître le succès. Ce projet misait le partage des « meilleures pratiques, » selon le jugement professionnel du personnel enseignant. Le Guide d’appui est en ligne depuis l'automne. Il s’agit d’une version provisoire, qui pourrait changer selon les commentaires des membres. C’est pourquoi j’aimerais vous demander de prendre cinq minutes pour remplir un sondage. Que vous ayez utilisé le Guide ou non, votre participation est importante :

  • Pour que cessent les exigences non conformes aux principes découlant de Faire croître le succès - d’une direction à l’autre, d’un conseil scolaire à l’autre, d’une année à l’autre. 
  • Pour que notre compréhension commune des bulletins progresse de mieux en mieux.
  • Pour la réussite du Guide d’appui à Faire croître le succès.

 

Écrire un commentaire (0 Commentaire)


En demandant à ses membres de remplir le SONDAGE NÉGOS 2016, l’AEFO entamait une étape importante de planification pour les négociations 2017. Il reste maintenant à compiler et à analyser les réponses.

Les membres de l’AEFO ont été nombreux à répondre à l’appel. Cela confirme ce que je savais déjà. Notre organisme est en excellente « santé syndicale ».  


Merci d’avoir pris le temps de réfléchir à vos conditions de travail, à ce qui est important pour vous. Votre implication nous donne le vent dans les voiles!  

Écrire un commentaire (0 Commentaire)

Ma première ronde de négociations remonte à 1998, lors de la création des 12 conseils scolaires francophones qui donnaient aux Franco-Ontariennes et aux Franco-Ontariens la gestion de leurs propres écoles. Depuis cette période historique, j’ai négocié de nombreuses fois, aux niveaux local et provincial. Je n’ai pas toujours retrouvé les mêmes équipes ou les mêmes enjeux, mais ce qui n’a jamais changé, et qui perdure encore aujourd’hui, c’est l’importance de la voix des membres.

À la table de négociation, les discussions peuvent être longues et intenses, chaque partie ayant ses propres objectifs de négociation. La raison d’être de l’AEFO – défendre les intérêts des membres, améliorer les conditions de travail et défendre les acquis – prend toute son ampleur. Par exemple, pour contrer des retranchements, j’ai souvent vu l’AEFO se référer aux commentaires des membres, entendus pendant les visites des lieux de travail, par les courriels de déléguées syndicales et de délégués syndicaux… Et surtout, au sondage des membres.

C’est pourquoi je vous demande de prendre le temps de remplir le Sondage Négos 2017. Plus il y a de membres qui participent, plus l’AEFO aura les outils nécessaires pour négocier. En effet, votre participation au sondage aidera l’AEFO à orienter et à identifier les priorités de négociation avec le gouvernement et votre employeur.

Et pour celles et ceux qui se demandent pourquoi, en octobre 2016, l’AEFO parle déjà des Négos 2017… La réponse est simple : il faut bien planifier pour négocier. Et pour bien planifier, il faut cibler les priorités des membres.

Écrire un commentaire (2 Commentaires)

Une enseignante ou un enseignant choisit sa profession par passion, par vocation, parce qu’elle ou il éprouve le besoin de transmettre le savoir aux jeunes, de les aider, de les appuyer. On enseigne parce qu’on y croit.

Mais de nos jours, il est de plus en plus difficile pour les enseignantes et les enseignants de se concentrer uniquement sur ce qu’ils font le mieux, c’est-à-dire enseigner. La profession comporte de plus en plus de « suppléments » : répondre aux exigences de la direction, du conseil scolaire ou du ministère de l’Éducation; faire des tâches administratives; collecter des données; assimiler de nouvelles politiques ou de nouvelles technologies; participer à des comités et à des rencontres avec les parents; faire de la discipline pendant les heures de surveillance… et j’en passe.

Tout cela peut prendre une place démesurée dans un horaire déjà bien chargé. Cela peut aussi provoquer des malaises d’ordre physique ou mental, et, dans certains cas, mettre un frein à la passion. Je crois qu’il est impératif de protéger cette passion, car la valeur de nos enseignantes et de nos enseignants est inestimable. Ils participent au cheminement et au succès scolaire de nos jeunes franco-ontariens, et de cette manière, ils contribuent à bâtir la société de demain.

C’est pourquoi, en cette Journée mondiale des enseignantes et des enseignants, j’aimerais réitérer mon engagement et celui de l’AEFO envers le mieux-être et l’épanouissement professionnel du personnel enseignant. Il faut continuer à chercher des solutions et des stratégies pour que le mieux-être du personnel enseignant soit réellement une des priorités des écoles, des conseils scolaires et du Ministère, comme c’est une des priorités de l’AEFO.

Bonne Journée mondiale des enseignantes et des enseignants! 

Écrire un commentaire (0 Commentaire)