Contenu principal

Rémi Sabourin travaille en enseignement depuis 1992. Il a enseigné aux cycles moyen et intermédiaire dans la région du Centre-Sud de l’Ontario.  

Blog1 Remi

Son implication syndicale remonte à 1997, lorsqu’il est observateur à l’assemblée générale de l’AEFO provinciale. Par la suite, il est notamment devenu membre du comité de consultation en négociation lors de la première négociation après l’amalgamation des conseils scolaires en Ontario. De 2006 à 2016, il a été président de l’Unité 64 – Centre-Sud catholique. Il est membre du conseil d’administration de l’AEFO depuis 2005.

Les échanges, les questions et les commentaires anonymes seront automatiquement retirés de ce blogue.

Une enseignante ou un enseignant choisit sa profession par passion, par vocation, parce qu’elle ou il éprouve le besoin de transmettre le savoir aux jeunes, de les aider, de les appuyer. On enseigne parce qu’on y croit.

Mais de nos jours, il est de plus en plus difficile pour les enseignantes et les enseignants de se concentrer uniquement sur ce qu’ils font le mieux, c’est-à-dire enseigner. La profession comporte de plus en plus de « suppléments » : répondre aux exigences de la direction, du conseil scolaire ou du ministère de l’Éducation; faire des tâches administratives; collecter des données; assimiler de nouvelles politiques ou de nouvelles technologies; participer à des comités et à des rencontres avec les parents; faire de la discipline pendant les heures de surveillance… et j’en passe.

Tout cela peut prendre une place démesurée dans un horaire déjà bien chargé. Cela peut aussi provoquer des malaises d’ordre physique ou mental, et, dans certains cas, mettre un frein à la passion. Je crois qu’il est impératif de protéger cette passion, car la valeur de nos enseignantes et de nos enseignants est inestimable. Ils participent au cheminement et au succès scolaire de nos jeunes franco-ontariens, et de cette manière, ils contribuent à bâtir la société de demain.

C’est pourquoi, en cette Journée mondiale des enseignantes et des enseignants, j’aimerais réitérer mon engagement et celui de l’AEFO envers le mieux-être et l’épanouissement professionnel du personnel enseignant. Il faut continuer à chercher des solutions et des stratégies pour que le mieux-être du personnel enseignant soit réellement une des priorités des écoles, des conseils scolaires et du Ministère, comme c’est une des priorités de l’AEFO.

Bonne Journée mondiale des enseignantes et des enseignants! 

Écrire un commentaire (0 Commentaire)

Au cours des ans, j’ai rencontré un grand nombre de déléguées et de délégués de l’AEFO. Je peux vous en dire ceci : ce sont des gens dévoués, responsables. Chaque année, ils veillent au respect des droits des membres et de la convention collective; conseillent les membres; les appuient auprès de la superviseure ou du superviseur; accueillent les nouveaux membres; informent les membres.

Mais, comme toute chose, être déléguée ou délégué, c’est un rôle qu’on améliore avec le temps et avec l’expérience. Et aussi, avec un petit coup de main du syndicat.

Chaque année, l’AEFO offre des sessions de formation aux délégués. J'ai moi-même été délégué pendant cinq ans. C’est lors de ces formations que je me suis rendu compte à quel point le syndicalisme était important pour moi, et que j’ai décidé de continuer mon engagement envers l’AEFO. Les échanges, et l’information qu’on nous donnait ont été une véritable source d’inspiration et de motivation.

La première session de formation des délégués (2016-2017) aura lieu dès demain. Au programme : mieux comprendre leur rôle, apprendre à « naviguer » dans les conventions collectives, en connaître plus au sujet des congés de maladie, des initiatives du gouvernement, des règlements de différends… Des sessions de formation auront lieu à London, Thunder Bay, Cornwall, Mississauga, Sudbury, Ottawa, Timmins et North Bay, et ce, jusqu’au 5 octobre.

Les déléguées et les délégués sont un des piliers de notre syndicat. Je les remercie de leur travail et de ce qu’ils accomplissent pour le mieux-être de tous les membres.

Et j’en profite pour leur souhaiter une excellente session de formation!

Écrire un commentaire (0 Commentaire)

À compter d’aujourd’hui, j’amorce mon mandat à la tête de l’AEFO.  C’est un réel privilège de vous représenter, et je vous salue toutes et tous, les 10 000 membres de l’AEFO. J’aimerais profiter de l’occasion pour vous donner un survol du parcours qui m’a mené à porter ce flambeau pour les deux prochaines années.

J’ai commencé ma carrière en éducation en 1992 dans la région du Grand Toronto. Très rapidement, je me suis rendu compte que les droits de mes collègues et leurs conditions de travail m’interpellaient énormément. C’est comme ça que je suis devenu un syndicaliste convaincu. En 2005, j'ai commencé à siéger au conseil d’administration de l’AEFO, et en 2006, j’ai été élu à la présidence de l’Unité 64 – Centre-Sud catholique.  

Pendant mes années à la présidence de mon unité, je me suis toujours assuré d’être proche de mes membres. J’ai fait beaucoup de visites dans les lieux de travail, j’ai pris le temps d’écouter. En tant que président de l’AEFO, je suis profondément engagé à rejoindre tous les membres de l’AEFO, partout en province, afin de mieux comprendre la réalité de chacune et chacun.

La réalité est la suivante : il reste encore beaucoup à faire pour le mieux-être des membres de l’AEFO. Enseignantes ou enseignants, secrétaires, commis, aide-éducatrices ou aide-éducateurs, orthophonistes ou psychologues… quelle que soit votre profession, je peux vous assurer que j’ai vos intérêts à cœur. En faisant partie du monde de l’éducation, vous devez sentir que vous êtes une partie prenante de votre espace professionnel, et non pas une figurante ou un figurant.  

J’ai toujours été fier de faire partie de l’AEFO. Par sa présence, par ses convictions, par ses interventions et ses actions, l’AEFO se fait entendre pour faire avancer nos causes communes en Ontario – francophonie, syndicalisme, éducation en français, éducation postsecondaire en français… Je m’engage à donner le meilleur de moi-même pour rendre notre voix collective plus forte encore.

Bonne rentrée!

Écrire un commentaire (0 Commentaire)

Avant de tirer ma révérence, j’aimerais utiliser mon dernier jour à la présidence de l’AEFO pour remercier celles et ceux qui m’ont appuyé tout au long de mes deux mandats. Merci à  l’équipe de négociation de la table centrale et aux équipes locales de négociation (négocier dans le cadre d’une  nouvelle loi fut toute une aventure!), des syndicalistes exceptionnels qui se dévouent passionnément pour la cause des membres de l’AEFO. Merci aux présidences locales  avec lesquelles j’ai travaillé étroitement, que j’ai appris à mieux connaître et à mieux apprécier. Merci également aux agentes et aux agents et au personnel des bureaux de l’AEFO.

Et merci aux membres de l’AEFO qui m’ont fait confiance durant quatre ans. Il reste du travail à faire – il fallait tout de même que j’en laisse un peu pour Rémi Sabourin!  Le travail n’est jamais fini pour la cause syndicale, pour la francophonie en Ontario, pour l’amélioration des services de santé en français, pour l’amélioration des soins de santé mentale, pour l’éducation postsecondaire en français. Ce sont des causes pour lesquelles, personnellement, je ne cesserai jamais de me battre.

J'en profite pour souhaiter à Rémi la meilleure des chances. Il a mon entière confiance et est entouré par une équipe formidable.

Au plaisir de vous rencontrer à nouveau au détour d'un chemin!

Écrire un commentaire (0 Commentaire)