Les membres de l’Unité 203 – Le CAP de l’AEFO en grève pour une durée illimitée!

présentés par l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) continuent de revendiquer de meilleures conditions de travail à la hauteur des importants services en petite enfance, en santé mentale et en traitement des dépendances que ces professionnelles et professionnels offrent à la communauté francophone.

Le 7 novembre dernier, l’AEFO a déclenché la grève pour faire avancer les négociations avec le Centre d’appui et de prévention (Le CAP) dans le cadre de ses négociations pour l’obtention de la première convention collective de ses
membres. « Les membres sont sans convention collective depuis le 31 mars 2021, il est temps que ça aboutisse! Le CAP refuse absolument d’accorder aux membres un salaire raisonnable et mieux aligné au coût de la vie. Une augmentation
salariale de 6 % pour un contrat de 4 ans, c’est inacceptable particulièrement sans aucun ajustement salarial rétroactif à la fin de la convention collective précédente. Les membres du CAP sont loin de faire des salaires
compétitifs sur le marché et en plus Le CAP propose des retranchements importants dans les avantages sociaux. » déclare Anne Vinet-Roy, présidente de l’AEFO.

Du lundi au vendredi entre 10 h et 13 h, les quelque 200 membres de l’Unité 203 sont mobilisés et déterminés à se faire entendre sur leur piquet de grève situé au 290, rue Dupuis, à Ottawa dans le but d’obtenir une entente juste et équitable.

« C’est assez paradoxal comme situation, car nous desservons une clientèle
vulnérable et certains de nos membres se trouvent eux-mêmes dans des
positions vulnérables. Ils gagnent des salaires à peine plus élevés que le salaire
minimum et certains doivent avoir deux emplois pour arriver à la fin du mois.
Nous avons bien l’intention de continuer de nous faire entendre haut et fort.
Nous n’exigeons rien de moins que d’avoir des conditions de travail
respectables pour nous permettent de continuer de bien desservir notre
clientèle. » explique Sylvie Rocheleau-Carrie, présidente locale de l’Unité 203
– Le CAP.

« On ne sent aucunement que nous sommes valorisées et valorisés dans notre
travail. C’est l’équipe et les collègues qui nous motivent à rester, sinon nous
serions toutes et tous partis ailleurs pour avoir de meilleures conditions de
travail. Nous aidons les gens et nous avons un impact positif sur notre
communauté francophone. Nos revendications sont essentielles pour assurer
le recrutement et la rétention du personnel du CAP. Si l’employeur n’offre pas
de meilleures conditions de travail, la prestation des services de qualité aux
francophones est menacée. » revendique Karianne Blanchard, travailleuse
sociale et membre de l’Unité 203 – Le CAP.

L’AEFO est prête à retourner à la table de négociation si Le CAP démontre qu’il est ouvert à collaborer avec le syndicat pour obtenir une entente juste et équitable le plus rapidement possible.

Pour plus d’information sur la grève : Négos 203 – Le CAP – AEFO

Cette décision ne concerne que les membres de l’Unité 203 et n’a aucun impact sur les enseignantes et enseignants et les travailleuses et travailleurs qui sont membres des autres unités de l’AEFO.

L’AEFO annonce la grève des membres de son Unité 203 – Le CAP

OTTAWA, le 20 octobre 2023 – Pendant une réunion extraordinaire qui a eu lieu hier, le 19 octobre 2023, le conseil d’administration (CA) de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) a décidé qu’une grève qui débutera dans les prochaines semaines était, à l’heure actuelle, la meilleure option stratégique pour faire avancer les négociations avec le Centre d’appui et de prévention (Le CAP) dans le cadre de ses négociations pour l’obtention de la première convention collective de ses membres qui y travaillent.

Les raisons qui expliquent l’impasse : Le CAP refuse absolument d’accorder aux quelque 240 membres de l’Unité 203 – Le CAP un salaire raisonnable et mieux aligné au coût de la vie et fait des retranchements inacceptables dans les avantages sociaux.

Cette décision ne concerne que les membres de l’Unité 203 et n’a aucun impact sur les enseignantes et enseignants et les travailleuses et travailleurs qui sont membres des autres unités de l’AEFO.

Des services de qualité en français : OUI!

Des emplois sous-payés : NON!

Équité, justice et respect pour le personnel du CAP!

« Les conditions de travail des professionnelles et des professionnels du CAP ne sont pas à la hauteur des services importants qu’ils offrent à la communauté francophone, et l’AEFO veut dénoncer cette situation alarmante. Pour continuer d’offrir des services de santé mentale de qualité en français, Le CAP doit faire du mieux-être de son personnel une priorité. Nous demandons l’équité, la justice et le respect pour nos membres du CAP », affirme Anne Vinet-Roy, présidente de l’AEFO.

Les membres du CAP sont sans convention collective depuis le 31 mars 2021. « Les négociations entre lAEFO et Le CAP s’éternisent. Il est grand temps que ça aboutisse », ajoute Anne Vinet-Roy.

99,3 % des membres ont dit oui à la grève

Le 3 mars dernier, les membres ont voté massivement en faveur de la grève envoyant un message collectif et puissant affirmant qu’ils appuient leur syndicat à la table de négociation.

Après avoir demandé l’appui d’un conciliateur nommé par le ministère du Travail le 9 juin dernier pour parvenir à un accord, l’AEFO a déclaré l’impasse le 5 octobre dernier. L’AEFO n’exclue pas la possibilité de renouer le dialogue avec Le CAP, mais SI, et seulement SI Le CAP démontre qu’il est prêt à collaborer avec le syndicat pour obtenir une entente juste et équitable.

Skip to content